Pouvoir concilier ses passions avec son travail, quoi de mieux ? Rodolphe, commercial heureux chez MetLife (©DR)

Pouvoir concilier ses passions avec son travail, quoi de mieux ?

Classé dans : Mes passions | 0

Après avoir beaucoup bourlingué, Rodolphe a fini par poser ses valises dans les environs de Chambéry où, depuis dix ans, il travaille comme Inspecteur assurance chez MetLife. Un formidable moyen pour lui de pouvoir concilier ses passions avec son travail. Entretien avec un homme heureux.

Tous les matins ou presque, c’est le même rituel. À peine sorti de son lit, Rodolphe jette un coup d’œil furtif par la fenêtre de sa chambre. D’ici, il aperçoit dans le prolongement de son jardin le lac d’Aiguebelette, une « perle d’émeraude enchâssée dans un écrin de montagnes vertes » comme aimait à le décrire le romancier Henry Bordeaux. Mais ce qui intéresse plus particulièrement Rodolphe, c’est la couleur du ciel. « S’il est bleu et que, cerise sur le gâteau, il a neigé la veille, les probabilités pour que je parte faire une descente ou deux sont maximales ! » Il le reconnaît lui même : pour « rien au monde » il ne voudrait vivre ailleurs. « Ici, je suis proche de tout : de l’Italie, de la Suisse, de l’Allemagne, des plages du Sud de la France, de grandes villes comme Lyon, Milan, Turin, Genève… » Surtout, parce qu’il est libre d’organiser son temps de travail en fonction de ses objectifs, Rodolphe, qui vient tout juste de souffler ses 40 bougies, peut assouvir toutes ses passions. Et elles sont nombreuses : « Randonnée, sports de glisse, canyoning, parapente, VTT… Je profite à fond de l’environnement qui m’entoure. »

« MetLife, c’est un peu comme la famille »

Originaire du Nord de la France, le jeune quadra est ce que l’on appelle un autodidacte. Après avoir obtenu un DUT de commerce, il a arrêté ses études. « Parce que je voulais me débrouiller tout seul », explique t-il avant de préciser le fond de sa pensée : « Selon moi, il n’y a pas un chemin prédéfini pour réussir. Et puis de toutes les manières, qu’est ce que la réussite ? Je pense au contraire qu’il y a beaucoup de façons différentes pour atteindre un objectif. Il faut juste savoir saisir les opportunités de la vie. » Ce qu’il a fait en 2008 quand, après avoir vécu à Nice, Toulouse ou encore Paris, il postule à une offre d’emploi diffusée par MetLife. « Jusqu’alors, j’étais consultant pour une boite qui faisait du placement immobilier, explique t-il. Mais ce que je voulais vraiment, c’était faire du BtoB. »

Sa candidature est retenue et trois secteurs lui sont proposés : le Limousin, les deux Savoie ou la région de Perpignan. Rodolphe se souvient parfaitement ne pas avoir « hésité pas une seule seconde ». Direction les environs de Chambéry.  Un choix qu’il ne regrette absolument pas : « Je me suis tout de suite senti bien ici. Et puis, au fil du temps, j’ai créé des liens très forts avec mes collègues. Aujourd’hui, MetLife, c’est un peu comme la famille. Surtout, il n’y a pas de routine. Chaque jour, j’apprends quelque chose de nouveau. Ce qui signifie que je ne connais pas la monotonie dans mon travail. »

Piquer une tête ou dévaler les pentes, les possibilités sont multiples

Poliment, le jeune homme met un terme à notre entretien. Il doit prendre un train pour Paris où une réunion de travail l’attend. À son retour, si le temps le lui permet, il aimerait bien se faire une petite session de surf. La saison hivernale a beau être terminée, Rodolphe, en bon montagnard d’adoption, sait parfaitement que certaines stations situées en haute altitude permettent la pratique des sports de glisse toute l’année. Et puis si la neige n’est pas au rendez-vous, le jeune homme pourra toujours aller piquer une tête dans le lac d’Aiguebelette. Pour ce faire, il n’aura qu’à traverser son jardin.